Le mind mapping c’est quoi ?

Le Mind Mapping, à quoi ça sert ?

La méthode « Mind Mapping » (car c’est une méthode avant d’être un outil) est un système de classification graphique d’informations (arbre graphique de type parent / fils) permettant de :

  • Mettre de l’ordre dans la complexité d’une structure d’informations
  • Communiquer de manière clair et graphique
  • Favoriser la mémorisation de l’information.

La méthode « Mind Mapping » permet de simplifier grandement l’organisation des informations (modélisation graphique) et d’en favoriser la mémorisation. Elle se base sur une approche graphique de représentation de l’information permettant de plus solliciter l’hémisphère droit du cerveau pour équilibrer la charge cognitive lors d’une visualisation ou d’une mémorisation d’informations.

Le « Mind Mapping« , c’est donc du graphisme, des formes, des couleurs, du symbolisme et de l’iconographie.

Il se dit que le « Mind Mapping« , associé à l’art de la mémoire », fut inventé en Grèce par le poète Simonide de Céos. Il s’agissait à la base d’un moyen mnémotechnique visuel pour mémoriser l’information. Plus tard, 4ème siècle avant JC, Aristote aurait conceptualisé la carte heuristique avec sa philosophie sur la logique et la classification d’informations (catégories). Leonard de Vinci avait des dessins de ce type également. Tony Buzan, psychologue anglais et mathématicien, va introduire en 1970 le concept contemporain de mind map (carte mentale ou heuristique), tel que nous le connaissons à ce jour.

La méthode « Mind Mapping » propose d’utiliser au moins 50% de graphisme (image, dessin, iconographie, couleur) sur une carte graphique (map), un mot clé max par sujet et 3 niveaux max de visualisation simultanée. Un graphisme doit représenter sans ambiguïté le mot clef associé (à terme, le cerveau ne lira plus le mot clé mais l’identifiera par la symbolique graphique associée. Outre la diversité des couleurs, la légende graphique (choix et sémantique des couleurs) aura toute son importance.

Les fichiers de carte mentale sont des fichiers de réseau père / fils. Leur utilisation en tant qu’image n’est pas leur but premier, bien que cela soit possible techniquement mais dans ce cas, il faut concevoir la map différemment (comme tout graphisme devant être consultable sans un format d’affichage donné). Dans ce cas, la méthode de mind mapping est très clair quant-à son utilisation. On y retrouve également en complément les règles d’infographie et de graphisme PAO

Mind mapping pour le Web :

C’est une application relativement récente du « Mind Mapping«  informatique permettant de proposer sur une seule vue d’écran une multitude d’informations structurées accessibles :

  • Déploiement (ou non) de certaines branches de la carte de mind mapping en fonction du besoin de l’internaute
  • Partage en consultation d’une carte de mind mapping via internet
  • Partage en co-édition d’une carte de mind mapping via internet
  • Liens hypertextes sur certains sujets de la carte de mind mapping

Recommandations

  • Préférez le mind mapping en HTML5 plutôt qu’en Adobe Flash (il a été abandonné par Adobe, son éditeur, en janvier 2021)
  • Pendant des années, Mind Manager permettait d’exporter une carte de « Mind Mapping » au format Adobe Flash interactive (en terme d’utilisation / consultation). Le résultat était très pro.
  • Utiliser une substitution adaptée pour les affichages en petite taille (smartphone, tablette, notebook)

Finalisation d’une carte de mind mapping

Une carte de mind mapping finalisée doit rendre les aspects plus aisés pour une lecture ou une exploration au sein de l’information.

Si ce n’est pas le cas il n’y a que 2 explications :

  1. La méthode « Mind Mapping » n’est pas la méthode adaptée à la structuration de l’information à représenter.
    • Si on a des données à présenter sous forme de tableau, le mind mapping n’est pas utilisable
    • Si on a de l’information textuel sous forme de paragraphe, le mind mapping n’est pas utilisable
    • Si on a de l’information majoritairement (ou 100%) graphique sans corrélation, le mind mapping n’est pas utilisable
  2. La méthode « Mind Mapping » n’a pas été appliquée selon ses règles d’élaboration (cela ne fonctionne pas sinon).

Test et validation d’une carte de mind mapping :

Les aspects à tester :

  • Lecture globale de la carte (identification rapide et clair du thème et du sujet principal).
  • Identification rapide, facile (par rapport au format d’affichage visé) et sans ambiguïté des différents sujets.
  • Exploration et navigation (visuel et/ou électronique) au sein de la carte (navigation hiérarchique, couleurs sémantiques, nécessité d’utiliser une extension pour navigateur web pour l’interactivité ou non)

Apprendre la Mind Mapping

La méthode « Mind Mapping » s’apprend (avec et sans outil informatique) grâce à des formations où sont également abordés la multitude de cas d’utilisation du mind mapping au niveau professionnel et personnel (brainstorming, analyse, tableau de bord, carte conceptuelle, prise de notes, modélisation, communication, résolution de problème, workshop, gestion de projet, aide à la mémorisation, gestion d’activité, facilitation graphique, aide à la décision, carte heuristique, mind mapping collaboratif, mind mapping pour le web, etc.).

Vous souhaitez développer de réelles compétences professionnelles en « Mind Mapping » ? Contacter l’auteur (Thierry Secqueville).

L’outil Mind Mapping

L’outil de « Mind Mapping«  est un logiciel installé sur un micro-ordinateur, une application web utilisable avec un navigateur web ou une appli mobile installée sur un smartphone, une tablette ou un notebook.

Les outils informatiques de mind mapping ont ouvert de nouveaux champs d’application au « Mind Mapping« , que ce soit en termes de collaboration (partage, co-édition, etc.), de classification dynamique d’informations (PBS, WBS, OBS, RBS, etc.), de résolution de problème ou de systèmes de gestion dynamique partagé. Ce que j’ai défini comme étant le « Mind Mapping 3.0 » depuis pas mal d’années.

J’utilise également beaucoup de « Mind Mapping » dans le cadre de conception de jeux sérieux pour l’apprentissage (serious game design

Il y a des logiciels gratuits ou open-source permettant de collaborer professionnellement, mais pas encore en « Mind Mapping » (pas à ma connaissance, mais ça bouge vite).

Dans l’absolu, ce n’est pas impossible ou improbable car l’avènement du HTML5 permettrait le développement d’une appli web open source de « Mind Mapping » avec des fonctions collaboratives, si des développeurs y trouvent un intérêt (excellent sujet de projet annuel pour des étudiants en informatique). Ce serait forcément une application web client serveur avec base de données à installer sur son propre serveur web.

Vous représentez une école de programmation ou êtes responsable d’un cursus d’enseignement informatique et vous êtes intéressé par ce type de projet ? Contacter l’auteur (Thierry Secqueville).

Cela chamboulerait complétement le marché des applis web de « Mind Mapping«  (beaucoup d’applis web de mind mapping ne permettent pas la co-édition, d’ailleurs).

Il faudrait également définir ce que sont les fonctions collaboratives sur une appli web de « Mind Mapping » :

  • Partager une map en consultation
  • Partager une map en co-édition
  • Ajouter des commentaires en co-édition (sans édition d’un map)
  • N’autoriser la co-édition que sur certains sujets d’une map (très utile en gestion de projet et gestion des tâches)
  • Communiquer entre utilisateurs ou contributeurs d’une carte mentale, en mode texte (chat), audio ou vidéo (visio utilisant webcam et microphone) 

Le « Mind Mapping 3.0 » n’en est qu’à ses débuts, ne vous contentez pas de l’existant.

Restez « open » et « aware ».

Thierry Secqueville – Formateur pour cadres / experts (Management visuel, mind mapping, gestion de projet, TIC, ludopédagogie & gamification professionnelle)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *